LA MÉDIATION FAMILIALE *

DE QUOI S’AGIT-IL ?

La médiation familiale est une démarche spécifique soutenue par un professionnel qui permet aux membres d’une famille, qui traversent une situation de conflit, d’incompréhension, de tensions… de se rencontrer et d’aborder ensemble leurs préoccupations afin de prendre des décisions qui les concernent.

Le médiateur familial permet que chacun se sente en sécurité pour parler et entendre l’autre.

La médiation familiale s’appuie sur des principes éthiques de liberté, de responsabilité et de compétences des personnes.

La médiation familiale a été introduite dans le Code Civil par la Loi du 4 mars 2002 relative à l’autorité parentale puis par la Loi du 26 mai 2004 relative au divorce.

 

DÉFINITION

Définition adoptée par le Conseil National Consultatif de la Médiation Familiale (2002)

« La médiation familiale est un processus de construction ou de reconstruction du lien familial, axé sur l’autonomie et la responsabilité des personnes concernées par des situations de rupture ou de séparation, dans lequel un tiers impartial, indépendant, qualifié et sans pouvoir de décision, le médiateur familial, favorise, à travers l’organisation d’entretiens confidentiels, leur communication, la gestion de leur conflit dans le domaine familial entendu dans sa diversité et dans son évolution ».

L’APMF précise :

« La médiation familiale est un processus tiers, de construction ou de reconstruction de liens, axé sur le rétablissement d’un dialogue apaisé, l’autonomie, la liberté et la responsabilité des personnes concernées par des situations de rupture ou de séparation.

Le médiateur familial, tiers, impartial, indépendant, qualifié et sans pouvoir de décision ouvre un espace confidentiel en organisant des rencontres entre les personnes qui le sollicitent. »

POURQUOI ET QUAND FAIRE APPEL À UN MÉDIATEUR FAMILIAL ?

Parfois, juste pour réfléchir aux différentes options et prendre du recul sur sa situation de couple ou familiale au sens large...

Souvent, pour être accompagné dans des situations familiales où le conflit, les tensions, l'incompréhension...prennent beaucoup de place et génèrent de la souffrance. 

Avant, pendant ou après une séparation ou un divorce, pour réfléchir et décider à la façon de continuer à exercer ensemble des responsabilités parentales, en préservant les enfants du conflit.

La Médiation familiale peut alors vous permettre un travail sur :

  • La vérification de la décision de séparation

  • Les besoins des enfants, (pour chacun, individuellement, et pour la fratrie)

  • Les besoins des adultes

  • L’organisation de la vie quotidienne (la scolarité, la santé, les loisirs, la religion, les relations avec l’ensemble des membres de la famille…)

  • Les modalités d’accueil des enfants chez chacun des parents

  • La contribution financière de chacun des parents relative à l’éducation des enfants

  • La répartition des biens et les incidences financières de la séparation

 

Dans d’autres situations de désaccord ou de conflit, lors de :

  • Reconfigurations familiales, pour réfléchir sur les places de chacun et la nouvelle organisation matérielle et relationnelle…

  • Relations tendues entre parents et leurs enfants adolescents ou jeunes majeurs,

  • Conflits entre parents et grands-parents, pour lesquels les enfants peuvent être l’enjeu.

  • Concertations nécessaires pour prendre des décisions concernant un parent âgé

  • Situations de succession

Pour ce que l'on appelle une médiation de couple ou médiation conjugale et qui s'adresse à des personnes qui sont en couple (mariées ou non), avec ou sans enfant, et qui souhaitent faire le point sur leurs difficultés à communiquer.

L'espace peut-être aussi utilisé pour d'autres types de décisions qu'une séparation dans un cadre conjugal.

La solution aux difficultés rencontrées passe souvent par la parole. Elle permet de clarifier sa compréhension de la situation et de prendre conscience de son système relationnel dans le couple.

COMMENT SE DÉROULE UNE MÉDIATION FAMILIALE ?

.

La démarche peut être à l’initiative d’une, ou des personnes concernées. On parle alors de médiation familiale conventionnelle.

Elle peut également être initiée par une orientation judiciaire. Lorsqu’elle est ordonnée par un magistrat, il s’agit de médiation judiciaire.

Dans ces deux types de situations, le cadre, les règles et les principes déontologiques de la médiation familiale s’appliquent de manière identique.

 

PREMIER TEMPS: L’ENTRETIEN PRÉALABLE

La médiation familiale commence toujours par un premier entretien, individuel ou non, qui a pour objectif :

  • de faire connaissance

  • d’informer sur le cadre, les conditions et le déroulement

  • de vérifier ensemble la pertinence de cette démarche à partir des demandes et des besoins exprimés

 

DEUXIÈME TEMPS: LES SÉANCES DE MÉDIATION

A l’issue de cette première étape, les personnes et le médiateur familial conviendront d’entretiens pour aborder ensemble les sujets qui les préoccupent. Quelques entretiens peuvent permettre aux personnes de prévoir entre elles les modalités de leur organisation, de leur relation et de prendre des décisions.

 

Des accords pourront être convenus et rédigés

Les accords pris ensemble en médiation pourront être rédigés avec l’accompagnement du médiateur familial. Les personnes en disposent et peuvent, si elles le souhaitent, les transmettre à leurs avocats ou directement au juge pour une intégration dans une décision de justice.

AVEC QUEL PROFESSIONNEL ?

 

Le médiateur familial est un professionnel qualifié qui a suivi une formation spécifique. Les médiateurs familiaux de l’APMF sont tous titulaires du diplôme d’Etat de médiateur familial.

Il est un tiers impartial et neutre : il est disponible et attentif à soutenir chaque personne dans l’expression de ce qu’elle vit, de ce qu’elle comprend, de ce qu’elle ressent.

C’est un professionnel indépendant : il accueille les personnes en dehors de toute pression institutionnelle, judiciaire, sociale…

Il s’engage à la confidentialité des entretiens qu’il pose comme règle déontologique. En aucun cas, le médiateur familial ne transmet un compte-rendu sur le contenu des entretiens.

Le médiateur familial n’a pas de pouvoir de décision sur la situation et à la place des personnes, ce qui leur laisse toute liberté de parole et de réflexion.

 

Les médiateurs familiaux membres de l’APMF sont engagés par le Code de déontologie et sur le livret « Pratique éthique de médiation familiale » de l’APMF.

Voir le Code de déontologie de l’APMF.

Le médiateur familial propose un accompagnement différent et complémentaire à celui des professionnels des champs de la santé, du judiciaire, et du social.

 

source principale APMF

DÉSAMOUR ET DROIT

Texte de Marc Juston

Président de tribunal honoraire

Ancien juge aux affaires familiales